Cycle #2 (2017-2018)

Après un premier cycle de rencontres entre différents doctorants pluridisciplinaires durant l’année 2016, l’arrivée de nouveaux membres en 2017 a ouvert de nouveaux horizons de recherche au sein du GRINGAU.

En 2017, le GRINGAU a initié un cycle de séminaires itinérants auprès de laboratoires français en SHS s’intéressant à l’aménagement et l’urbanisme.  Deux séminaires ont ainsi déjà été organisés en 2017. Un séminaire est prévu en 2018 à Lyon, le 26 mars.

Séance 1 :  « Le rapport de l’ingénierie au(x) client(s) »

lavue-logo-179x265Accueillie par l’axe «Fabrication(s) de l’urbain », LAVUE UMR 7218

Vendredi 28 avril 2017 – 14h-17h, Nanterre Université, Bâtiment Max Weber, Salle 418 (4e étage)

Argumentaire : Pour qualifier le rapport entre l’ingénierie et la fabrique urbaine, cette séance a été consacrée au rapport au(x) client(s). Ces questionnements ont d’abord illustrés par les travaux doctoraux des membres du GRINGAU qui s’articulent autour des “promesses” d’ingénierie adressées sur les marchés de l’aménagement et de la construction. La notion de “promesse” est entendue ici comme un discours stratégique considéré par les acteurs comme performatif pour obtenir une place plus favorable sur le marché. Guillaume Lacroix présentera les promesses d’une société d’ingénierie en aménagement dans les appels d’offres publics auxquels elle répond. Sarah Thiriot présentera la trajectoire d’une promesse de neutralité carbone contenue dans un label créé par un collectif de PME du bâtiment. Ces questionnements seront ensuite mis en perspective par la présentation de recherches menées au LAVUE, sur la pratique des concours de maîtrise d’œuvre en France (équipe LET), et les pratiques de concours d’architecture dans des pays européens (équipe CRH). La discussion sera suivie d’une conclusion par un grand témoin professionnel du monde de l’ingénierie en aménagement.

Mots-clés : commande, relation de service, marchés, décision, procédure, légitimité

Télécharger le programme de la séance 1 GRINGAU au LAVUE (28.04.2017)

Séance 2 :  « Le rapport de l’ingénierie à la recherche en SHS »

logo-aauAccueillie par le CRENAU (Centre de Recherche Nantais Architectures et Urbanités) de l’UMR AAU

Mercredi 21 juin 2017 – 14h-18h – Nantes, CRENAU – ENSA Nantes, grande salle de réunion du CRENAU (1er étage)

 

Argumentaire : Pour qualifier la place de l’ingénierie dans la fabrique urbaine, cette séance est consacrée au rapport de l’ingénierie avec la recherche en SHS (Sciences Humaines et Sociales). Malgré la diversité des thématiques de recherches du GRINGAU, sur, avec ou pour des ingénieries, le constat d’une proximité avec les praticiens s’est rapidement imposée. Si celui-ci interroge les postures de recherche adoptées, c’est surtout l’appétence renouvelée de l’ingénierie pour les SHS qui pose question. Que nous dit-elle sur l’ingénierie ? En effet, cet attrait tranche avec l’image “technique“ de l’ingénierie. Nous faisons donc l’hypothèse que comprendre ce rapport particulier science-société est à même de nous renseigner sur les problématiques actuelles et les évolutions du rôle et des pratiques de l’ingénierie. Par exemple, quel rapport de la technique et des SHS dans l’ingénierie ? Pourquoi autant de financements CIFRE en SHS dans ou avec des ingénieries ? Est-ce le signe d’une évolution du champ d’expertise de l’ingénierie ? Qu’attendent les ingénieries de la recherche en SHS ? Quelles sont les circulations et critiques possibles ? Quelles méthodes d’investigation et d’intervention dans un champ professionnel se définissant parfois comme “scientifique” ?

Cette séance a mis en discussion les travaux “impliqués“ du GRINGAU avec les expériences de chercheurs du CRENAU en prise avec l’ingénierie urbaine au sens large. Cette discussion a été suivie d’une conclusion par deux grands témoins professionnels commanditaires ou prestataires du monde de l’ingénierie en aménagement.

Mots-clés : réflexivité, recherche-action, restitution, changement, critique, méthodes, commande, terrain

Télécharger le programme de la séance 2 GRINGAU au CRENAU à Nantes (21.06.17)

 

Séance 3 :  « La figure de « l’usager » bouscule-t-elle l’ingénierie ? Construction et usages de la notion par les acteurs de la fabrique urbaine « 

Logo EVS

Accueillie par l’UMR 5600 EVS (Environnement Ville Société)

Lundi 26 mars 2018, 14h-18h, Salle de la Rotonde, 6ème étage, UMR5600 EVS, 18 rue Chevreul

 

Argumentaire : Les séminaires précédents du GRINGAU ont mis en avant l’hétérogénéité voire le flou du terme d’« ingénierie » dans la fabrique de la ville. Selon les acceptions, peu ou prou liées à l’idée d’une approche « technique » et rationnelle, elle recouvre des acteurs variés, inscrits à l’amont (définition, conception) ou à l’aval (gestion, appropriation) des processus de projet. Dans le cadre des marchés publics et privés, on pourrait notamment identifier à cette catégorie mouvante les bureaux d’études et de conseils, les services des collectivités et même certaines entreprises de travaux. Traversant les groupes de professionnels, des prémisses d’une politique urbaine aux usages de l’espace produit, l’ingénierie vient cependant rencontrer une figure émergente et désormais incontournable de ce domaine : la figure de « l’usager ». L’ingénierie se trouve en effet à l’articulation entre un maître d’ouvrage exprimant une volonté d’aménager (souvent identifié à un « besoin »), et les attentes et contraintes de ceux qui interagiront avec ces espaces, qu’ils soient notamment considérés comme futurs usagers ou gestionnaires.

Ce séminaire ambitionne d’identifier la manière dont l’ingénierie, au sens large, mobilise ou est mobilisée par cette figure de « l’usager » dans le cadre de ses interactions avec les autres acteurs de la fabrique de la ville. Tous ces acteurs mobilisent en effet des « porte-paroles », humains ou non humains, capables de faire exister un « usager » (dont il convient de circonscrire les différentes figures) qui peut avoir voix au chapitre.

Comment cette figure renouvelle-t-elle (ou non) les pratiques des concepteurs, entreprises et de leurs partenaires ? Comment, quand et dans quel but est-elle mobilisée ? Dans quelle mesure modifie-t-elle la distribution des rôles au sein de ce que les acteurs identifient comme une chaîne « amont-aval » des projets ? Correspond-elle à une vision techniciste et permet-elle à une ingénierie « problem solver » de se déployer suite à la définition d’un « besoin » d’un « usager » ? Remet-elle en cause la chaîne des interventions, leur temporalité, la rationalité de la conception en introduisant de nouvelles méthodes qualifiées de « bottom up », « participatives » ou « collaboratives » ? À quelles normes de comportement fait-elle référence et a contrario à quelles déviances ? Dans quelle mesure met-elle à l’agenda la question de la gestion et des gestionnaires des espaces en production ?

Mots-clés : habitants, ingénierie, fabrique urbaine, gestion, concepteurs, amont-aval

Télécharger le programme de la séance GRINGAU EVS à Lyon 2018 (26.03.2018)